55 MILLIONS D’EUROS : UN ENGAGEMENT MAJEUR !

Le 29 Novembre au siège de l’Agglo j’ai signé en présence des maires et du Sous Préfet, avec le Préfet de Région une convention de pilotage et de financement des travaux de l’amélioration de la desserte du Sud Bassin d’Arcachon par l’axe A660 RN 250 et ce fût une grande étape de franchie.

55 Millions pour réaliser deux échangeurs l’un à Césarée, l’autre à La Hume et pour doubler la RN 250 entre La Hume et le rond point de Bissérié à LA Teste, avec création d’une bretelle de déboîtement et d’insertion sur l’Avenue de l’Europe afin de desservir le pôle de santé et le centre commercial de La Teste.

La Cobas remplit à l’évidence ici son rôle majeur de grande collectivité d’investissements.

Avant de nous lancer dans ce grand projet, nous avons consulté nos partenaires financiers et nous avons eu très vite l’assurance que la Caisse des dépôts et Consignations financerait ce projet avec la Banque Postale dans un tour de table financier nous permettant de lisser les remboursements sur une durée fixe de 40 ans. L’intervention de la Caisse des dépôts est importante pour nous, car cette dernière n’intervient que dans les grandes collectivités dont les finances et la trajectoire financière sont saines. C’est une vraie caution et reconnaissance pour nous.

Lors du dernier conseil communautaire du 14 Decembre,  43 conseillers communautaires sur 44, toutes tendances politiques confondues, ont voté ce financement et m’ont donné mandat.

c’est une grande fierté pour moi en tant que présidente de l’Agglo d’avoir su réunir cette énorme majorité sur ce dossier, après un débat d’une grande clarté et d’un haut niveau.

Oui je suis fière de présider dans ces conditions aux destinées de notre intercommunalite du Sud Bassin, notre Agglomération, la Cobas!

INAUGURATION RÉNOVATION REZ DE CHAUSSÉE HÔTEL DE VILLE

Gujan MESTRAS n’a pas un patrimoine historique extrêmement important: quelques édifices datant du 19eme siècle, des moulins, quelques maisons particulières, le château Mader, le presbytère, le retable de l’église Saint Maurice…..mais pas vraiment de monuments historiques remarquables.

En 1929, Jules Barat, le maire de l’époque a souhaité doter notre ville d’un Hôtel de Ville moderne et fonctionnel.

les gujanais  et les mestrassais de l’époque ont poussé de hauts cris ….. quelle démesure! Quelle folie de grandeur! Ils les lui ont donc fait payer aux élections suivantes….

Aujourd’hui ce bâtiment est bien loin d’etre en capacité d’accueillir tous les services de notre collectivité. Mais cet Hôtel de Ville c’est un vrai marqueur de notre territoire.

Alors que d’autres font le choix de construire de vrais centres administratifs, avec mon équipe, j’ai souhaité réhabiliter ce bâtiment. Nous avons commencé il y a 3 ans par la toiture car c’etait Une vraie urgence, puis nous avons revu les pierres des façades qui menaçaient.!..

Nous inaugurons la dernière tranche qui vise à rendre accessible ce bâtiment ce qui n’etait pas une mince affaire. Il s’agissait aussi de doter notre ville d’une véritable salle des mariages. Maintenant nous avons un véritable espace qui s’ouvre sur les jardins de la mairie, sur un perron agrandi. Cet espace est doté de moyens audiovisuels dernier cri….De la même façon nous avons repensé le service accueil et état civil pour la satisfaction de notre personnel et des usagers.

La mairie c’est un bien commun, c’est notre maison à tous. Grâce aux travaux que nous avons réalisés, nous avons donné une seconde jeunesse à cette vieille dame qu’elle est, tout en lui conservant son caractère. Nous avons en quelque sorte enrichi notre patrimoine.

MON DISCOURS CÉRÉMONIE DU 11 NOVEMBRE 2017

Ils s’appelaient Castaing, Broustaut, Dupuch, Chollet, ils étaient marins, charpentiers, boulangers, bouchers, instituteurs, médecins.

Ils vivaient dans ce petit village, blotti au bord du Bassin d’Arcachon, tout simplement quand l’Histoire les a rattrapés un beau matin du mois d’août 1914.

Certains n’avaient jamais franchi les frontières de Mestras et voilà qu’on les envoyait dans le Nord de la France.

Ils partaient pour quelques semaines, espérant bien vite retrouver l’odeur iodée de leurs ports. Ils ne s’attendaient pas à devoir s’enterrer dans la boue et la crasse, dans le froid et la peur.

Quatre années d’horreur, d’angoisse, de souffrances et de privations les attendent. Quatre années qui voient disparaître plusieurs générations. Tous ceux qui vécurent cette période, revinrent des combats à jamais transformés, à jamais marqués, pour certains à jamais brisés. Si d’aucuns se murèrent dans le mutisme absolu, d’autres voulurent raconter pour témoigner, pour que l’on n’oublie pas et qu’une telle horreur ne se reproduise pas.

Pouvaient ils imaginer les Bedat, les Condom, les Daisson, les Tauzin, les Rousset, les Lagauzère, tous ces barbots , qui avaient quitté leur Gujan, leur Mestras au petit matin, que 100 ans après, nous nous retrouvions aussi nombreux au pied de ce monument aux morts où sont gravés leurs noms en mémoire de leur sacrifice pour la liberté de leurs enfants et petits enfants.

Les témoins de cette période ont désormais tous disparu et cependant la ferveur de ce 11 Novembre ne faiblit nullement. La France se souvient du sacrifice de ceux qui ont versé leur sang pour assurer la libération de son sol.

Ce 11 Novembre puise toute sa signification dans l’absolu devoir de mémoire , ce jour, qui sans enlever quoique ce soit aux autres jours de commémoration, devient par excellence le jour de recueillement et de reconnaissance pour tous les soldats tombés au champ d’honneur.

Si la guerre a désormais quitté nos terres depuis plus de 60 ans, il nous faut tout faire pour maintenir cette dynamique de paix, de prospérité partagée et de fraternité. Sachons tirer les leçons du passé. Soyons conscients de la fragilité de notre société qui n’est jamais à l’abri du retour de la barbarie. L’actualite nous le rappelle chaque jour.

Aujourd’hui pensons à nos pères morts pour nous, morts pour que le monde soit meilleur, plus juste, plus fraternel, plus libre.

Vive la Paix, Vive la République, Vive la France, Vive Gujan Mestras.

« Billets précédents
018c7d408aaa7830b99306e8aff852e7VVVVVVVVVVV